Les pingouins de Punta Arenas

8 août 2016

Dernières, News

Comme dit dans l’article précédent, direction Punta Arenas, et pour se faire en plus d’un (très) long trajet, il faut se taper une traversée en bateau.

La ville atteinte, la recherche d'hôtel sera courte, deux français du bus me montre l’auberge la moins chère du coin, ce qui très bien pour mon porte-monnaie, mais moyen coté salle-de-bain :

Bon, on ne va pas se plaindre…

D’ici on peut visiter l’île Magdalena, une aire protégée qui renferme pas moins de 60 milles manchots. Pour une poignée de dollars un bateau vous y emmène. Je m’attendais à une île immense, avec des arbres, des buissons, du vert quoi ! Et bien rien de cela, d’un 30 minutes suffisent pour en faire le tour …à pieds, puis le phare est la seule chose qui ose défier l’horizon, pas un brin d’herbe. En revanche, les pingouins eux, ils sont bien là, de tous âges, et bien habitués aux touristes. Bon allez j'arrête de tapoter, et laisse parler les images :

Suspension

De retour sur la bateau, on peut aussi les observer dans l’eau :

À la frontière, en faisant la queue pour le tampon, une affiche avait attiré mon attention. C’était une photo de manchots royaux, il était possible d’en voir dans la région, oui, mais comment ?
À l’office du tourisme ils m’ont renvoyé sur la (prétendue ?) seule agence à faire le chemin, c’est plus cher, et ça dure toute la journée. Je n’ai qu’une vie, alors allons-y !

La plus jolie des passagers

Sur cette place, des statues en l’honneur du peuple selk’nam (ou Onas), des indiens d’Amérique qui n’ont pas longtemps succombé à la colonisation, aujourd’hui (et cela depuis un bon bout de temps maintenant) ils ont totalement disparus.

Juste à côté, un musée qui raconte les choses plus en détails, et une momie pour rendre la chose plus palpable.

Tout cela est bien sympa, et sincèrement j’ai beaucoup apprit, mais ce n’est pas pour cela que je suis là, ça fait déjà 6h que l’on est sur la route et toujours pas un bec (de pingouin) à l’horizon.
Mais à force de patience…

Et nous voilà à moins de 50 mètres d’une troupe de manchots royaux, l’appareil photo en mode sniper, et c’est parti :

C’était vraiment un bon moment pour les visiter, car en plus de ces raretés, des œufs, et des bébés royaux composaient la scène.

C’était presque irréel, un groupe de 30 ou 40 posé là, rien autour, ni à l’horizon, avec juste une rivière pour nous séparer, irréel j’vous dit !

Le retour fût long, bien plus long que l’aller, nous sommes rentrés à …1h du matin ! Mais vous savez quoi, je ne regrette rien, peut-être la première et dernière fois que j’observe ces manchots en milieu naturel, et à mes yeux, c’est une chance.
Maintenant que j’ai bien pu observer une partie de la faune, il est temps d’explorer ce que la Patagonie chilienne peut offrir côté paysages, le prochain article vous amènera dans le parc national de Torres del Paine, et je peux vous dire, il va y avoir du spectacle.

P.S : Après un message d’un de mes lecteurs (merci Yann), je voudrais préciser que le mot « pingouin » est mal utilisé dans l’article, à force de parler des langues étrangères j’en oubli la mienne. En français, et contrairement à l’anglais (penguin), ou à l’espagnol (pingüino), « pingouin » n’est pas le mot approprié à ces petites bêtes, c’est « manchot » qu’il faut utiliser ici (et pareil pour l’article sur les Galapagos), je ne rectifie pas, mais c’est dit.

 

, ,

Nouveau sur ce blog ?

Souscrivez au flux RSS par E-mail pour ne rien rater des prochaines mises à jour !

2 réponses à “Les pingouins de Punta Arenas”

  1. cathy Dit :

    ouh cest chou …merci pour les phoos ca donne envie…par contre le fait den avoir ant au meme endroit,,,ca sent pas?

    Répondre

Laisser un commentaire

sSs lol l..l..l fFf TiM Oo HeArT DeaD AiE >< == =/ =) ;;;; ;-) ;) ;( :wink: :p :o :D :) :( .PP.