Tobago

4 mai 2017

Dernières, News

Oui le titre ne contient que « Tobago », mais c’est bel et bien à Trinité-et-Tobago que j’atteri, passant qu’une semaine sur place j’ai préféré avoir le temps sur une des deux île, que courir entre les deux pour tout faire trop vite.
Alors pourquoi Tobago plutôt que Trinité ? Deux raisons principales, la plus évidente c’est que Trinité est beaucoup plus grande, donc logiquement nécessite plus de temps.

La deuxième est plus personnelle, plus une envie du moment, Trinité est plus culture, architecture, ville, alors que Tobago est plus farniente, plages et cocotiers, à ce moment là c’est de cela que j’avais besoin, et sans hésitation.
Même si ce pays est un des plus abordable des caraïbes, il fait quand même partie des caraïbes ! Alors comme les logements routards n’existent pratiquement pas, je me suis rabattu sur un Airbnb, toujours un peu au dessus du budget habituel pour un logement, mais de loin le moins cher de tout ce que j’avais pu entrevoir.
La bonne nouvelle c’est qu’ils viennent vous chercher à l’aéroport, la mauvaise c’est qu’ils demande 10$ pour ça… Mais bon je le savais d’avance. La deuxième mauvaise nouvelle c’est qu’il n’y a rien dans l’aéroport, rien de rien. Pas de distributeur d’argent, et surtout, pas de centre de change ! Comment faire ?
– « Bonjour c’est vous le gars du Airbnb ? »
– « Oui, je vous attend depuis 20 minutes »
– « Désolé j’étais à la recherche monnaie locale »
– « Où ? Ici à l’aéroport ? »
– « Ben oui, normalement c’est à l’aéroport que l’on peut faire les premiers retraits ou échanges »
– « Ah non mais pas ici, ici il n’y a rien »
– « Super, et comment je fais pour changer mes dollars ? »
– « Cela ne va pas être possible »
– « Oui, j’ai bien comprit, mais peut-être vous connaissez un bureau de change un peu plus loin »
– « Ah non non, quand je vous dis cela ne va pas être possible, c’est pour toute l’île »
– « Dans toute l’île ?! Mais comment ils font les touristes ? »
– « Ben ou il échange sur Trinité, ou ils servent de leur carte bleue »
– « Super… Vous pouvez vous arrêter à un distributeur s’il vous plait ? »
– « Oui, il y en a un sur la route »
– « Merci »

Sa maison est grande, très bien entretenue, avec celles du rez-de-chaussée il doit y avoir 8 ou 9 chambres d'hôtes, il a bien compris le business, tout est pour le Airbnb, et le petit terrain de 100m2 à droite de l’habitation est aussi transformé en futures chambres, elles sont en pleine construction « Je vais pouvoir avoir encore plus de clients en même temps, c’est simple ils viennent tous chez moi, je suis le moins cher ! Pour sûr vous pouvez trouver des prix similaires, en cherchant bien, mais vous n’aurez jamais cette qualité » et il avait raison. Tant mieux pour lui, mais ce côté ‘tout pour l’argent’ me gonflais un peu, puis ils avaient des règles de maison un peu bizarre, trop stricte pour certaines choses et trop laxiste pour d’autres, heureusement la chambre était parfaite, mais je ne serais jamais proche de mon hôte.

Le jour de mon arrivée une jeune danoise était sur le point de partir, mon hôte et cette demoiselle me conseillèrent d’aller faire un tour en bateau, un tour qui permet de voir de petites îles proches, de faire du masque et tuba et de découvrir des endroits « magiques ».

– « Je connais un des conducteur, il te fera un prix si je te présente »
– « Ça vaut vraiment le coup ? Parce-que moi les tours… »
– « Oui c’est génial ! » il tape du coude la danoise, qui enchaine de suite avec un « Absolument, ça vaut largement le coup ! »
– « Bon, pourquoi pas »

Il n'emmène sur le lieu de départ, me présente le capitaine, qui me fera payer 12$ au lieu de 15, bon ce n’est génial, mais pour un tour de 5h en bateau aux Caraïbes, ce n’est pas vraiment cher.

Une fois sur le bateau,  nous sommes un bon paquet, trop pour pouvoir tous s’assoir en même temps, bah ce n’est pas très grave. Le ‘capitaine’ s’excuse au micro car les baffles sont en panne, les baffles ? Quelles baffles ?
Puis nous prenons le large, pour nous arrêter un peu plus loin, sur un ponton où une dizaine de personnes viennent s’ajouter au groupe.

Au micro il parle beaucoup, mais pour ne pas dire grand chose, des blagues pourries et des informations genre « À droite une île » bref, il me tarde de sauter dans l’eau, un pour découvrir les coraux locaux, et surtout pour sortir de ce bateau prison.

Enfin le bateau s’arrête, l’équipage ramène des masque, cool on va enfin nager !
Cela prend du temps, trop de temps, d’abord ils installent une corde de 4m qui fini par une bouée à l’arrière du bateau, qu’est-ce que c’est que ça ? Ensuite, un par un, oui un par un ! ils nous font passer à l’arrière pour rentrer dans l’eau et faire le tour de la corde :
– « Comment ça le tour de la corde ? »
– « Vous vous mettez à l’eau, ensuite avec vos main vous vous agrippez à la corde, jusqu’à la bouée, puis vous faites de même pour revenir »
– « Euh, je ne comprends pas, mais pourquoi faire ? C’est quand qu’on nage ? »
– « Mais c’est maintenant, seulement avec la corde »
– « Encore une fois, je ne comprends pas, pour information je sais nager, donc est-il possible de pouvoir rester dans l’eau et profiter des fonds marin »
– « C’est mieux de rester avec la corde, et pas plus loin que la bouée, vous pouvez mettre la tête sous l’eau, pas de problème »
C’est obligé, il se fou de ma gueule. Je m’en tape de sa corde et saute sur le côté (oui je sais, j’ai un caractère de m…), voici quelques images :

Entre deux apnées, je peux voir tous les passagers passer un à un par la corde, faire leur va-et-viens, parfois en gardant tout le temps la tête hors de l’eau, personne de déroge à la règle, je suis le seul chieur.
Au bout de 20 petites minutes, on me fait des signes, il faut que je revienne à bord, il est temps de partir
– « Déjà ?! »
– « Nous avons encore une longue route jusqu’au prochain point »
– « Ok… Il y aura des coraux ? »
– « Non, juste du sable, mais on y restera plus longtemps »
Super, on reste plus longtemps là où il n’y a rien à voir…

Au bout d’une heure nous nous arrêtons à nouveau, l’endroit est sympa certes, mais vraiment rien de spécial. Une eau qui ne dépasse pas les genoux, translucide, tout le monde descend, c’est ici que l’on va avoir « la chance » de pouvoir rester 45 minutes.

Ils sont content, trop basse pour nager, la marche est obligatoire. Rien à faire, si, on peut observer d’autres ‘bateaux tour’ arriver, c’est LE point touristique, LA grande attraction de la journée, génial…

Avec eux vient la musique, vous vous rappeler des excuses du capitaine ? En fait tout les bateaux-tour ont de grosses baffles et montent le son.

Je préfère rester à bord, en essayant d’ignorer mes tympans, l’après-midi est longue.

Après cet arrêt enchanteur, nous repartons dans le sens opposé, la visite est terminée. Quelle déception, je me remémore la danoise sûr d’elle.
Le bateau nous dépose sur la même plage, des pêcheurs sont en action, ils tirent des filets à 200m du bord à l’aide de petites barques, puis les ramènent à force de bras depuis le sable. Sans doute le meilleur moment de la journée.
Je m'apprête à partir quand des « Ooh » et « Aaah » se fond entendre, un des filet bougeait plus que d’habitude, la taille de la prise n’était pas conforme, en effet une raie manta s’était fait piéger.

Maintenant les pêcheurs sont entourés par les touristes tout le monde veut la voir, et surtout, on veux tous savoir ce qu’ils vont en faire. La tuer ? La découper ? Vendre ses nageoires aux chinois ?

Rien de tout cela, ils la libèrent des mailles, puis la remettent à l’eau, tout simplement.

Elle nous dit « au revoir » du bout des ailes, puis disparait dans l’horizon. Ah, je confirme, meilleur moment de la journée !

De retour dans ma chambre, je raconte vite fait ma super journée, il a l’air étonné « Pourtant tous mes clients se régalent » et ben, ils ne doivent pas être difficile tes clients (ou c’est juste moi qui le suit…).

– « Vu qu’il n’y a pratiquement pas de transport en commun, est-il possible de louer un véhicule ? »
– « Oui, bien sûr ! Je connais un gars qui loue des voitures pour 60$/jour »
– « 60$ ?! Euh, il n’y a pas moins cher ? Genre des scooters ? »
– « C’est rare la location de scooter, mais je peux te trouver ça pour 25$ la journée »
– « Ouha c’est encore cher tout ça »
– « Ce sont les prix ici »
– « Ok, j’irais faire un tour en ville demain, on verra ce que je peux trouver »
– « Oh pas grand chose… Je t’y amène ? »
– « Non, non, ça va, merci » à 10$ le trajet, je vais faire à pieds. Il y a bien quelques minibus, mais on n’est jamais sûr où ils vont, et surtout quand ils passent… Ce n’est qu’à 8km, let’s go.
À peine quelques minutes de recherches, et me voici avec un scooter pour 14$ la journée, et croyais moi, je vais bien en profiter. Mon but faire le tour de l’île, avec bien sûr, des arrêts plages (entre autres).
Il fait beau, les paysages le sont aussi, la route beaucoup moins… Mais on fait attention, on s’adapte. Quelques image :

Au bout de quelques heures je m’habitue au véhicule, commence à « maitriser » la chose, pourtant je frôle la gamelle, une fois, deux, trois fois d’affilé, qu’est-ce qu’il se passe ? Je me rattrape de justesse, cela fait déjà 6 fois en moins d’un kilomètre maintenant, je ralenti, regarde les roues en marche, me concentre sur le bitume qui passe, quelque chose n’est pas normal. Une descente s’amorce, à peine entamée, j’évite de nouveau de tomber, mais ce qui devait arriver arriva quelques centaines de mètre plus loin, je me ramasse, et bien !

Tombe de tout mon poids, côté gauche, le scooter est aussi en vrac, mais juste le rétroviseur a prit un coup. Bon moi je saigne un peu, ce n’est pas bien grave cela se réparera (bien j’ai aujourd’hui encore toujours la marque à la cheville !)

Non, ce qui me mine c’est l’appareil qui était dans ma poche gauche, en tombant il s’est écrasé sur ma cuisse (en passant, merci pour la béquille…) et a fait exploser l’écran, apparemment il marche toujours, on fera avec.

Une voiture s’arrête, et sans descendre le chauffeur me crie : « Gasoil, gasoil ! »
Quoi ? « Gasoil ! C’est un camion qui fuit du gasoil sur toute la route, ça glisse ! » c’était donc ça, je ne tenais plus la route à cause des flaques de gasoil. On remonte en selle et doucement je zigzague entre les traces de carburant, heureusement après quelques kilomètres, le voie était à nouveau « libre »

À part le grignotage de bitume, j’ai passé une super journée, rencontré des gens agréables serviables, des paysages vraiment sympas, je découvre enfin Tobago du bon pied.
De retour à la chambre, je décide de ne plus écouter mon hôte et ses conseils à la noix, je vais juste passer mes derniers jours à flâner, beaucoup marcher, faire mes course au marché du coin, essayé de me fondre dans leur culture.
Le résultat fût au dessus de mes espérance, chaque jour je découvrais d’autres points attachants, des grand-mères qui me parlait de leur petite-fille, des poissonniers de leurs poissons, ils resplendissaient, ils étaient ravis de me parler, même si ce n’était pas pour grand chose, j’ai adoré.
Comme quoi il faut toujours sortir du circuit habituel pour vraiment apprécier les gens et le pays, en tous cas pour Tobago cela a été une révélation, un autre visage de l’île.
À 4km de la maison on pouvait trouver une petite plage, il suffisait de traverser 3 villages de pécheurs, j’y passais quelques heures, tranquille, tous les jours, pas un chat, j’avais trouvé mon rythme.

Le départ sonna bien plus vite que prévu, il était déjà l’heure de quitter ce petit paradis.
Sachant bien qu’il (mon hôte) n’avait pas été à la hauteur :
– « Tu vas à l’aéroport ? »
– « Oui, oui »
– « À pieds ? »
– « Oui ou en bus, si il y en a un »
– « Écoutes je vais t’y amener »
– « Non, non, c’est bon merci »
– « Viens, c’est pour moi, pas de tarif »
– « Bon, ben merci »
À ce moment là je me suis dit qu’il avait un bon fond, que peut-être je voyais les choses de travers, puis sur la route :
– « Tu ne vas pas me mettre un mauvais commentaire hein ? »
– « De quoi ? »
– « Sur Airbnb, tu ne vas pas me couler mon affaire, ça serait une catastrophe un mauvais commentaire »
– « Euh, franchement je n’ai pas réfléchi à ça »
– « Mets moi un bon commentaire, soit sympa »
Et hop, un revirement expliqué en 2 phrases, bref je lui dis merci pour le transport, et « surprise » pour le commentaire.

Un nouvel avion m’attend, c’est à seulement une heure de vol, un(e) autre île/pays des caraïbes : Sainte Lucie

 

,

Nouveau sur ce blog ?

Souscrivez au flux RSS par E-mail pour ne rien rater des prochaines mises à jour !

9 réponses à “Tobago”

  1. DAVID Dit :

    Hé Sandro ,t’est pas supposé être un pro du scooter,entre l’Asie du sud est et l’Inde surtout 😂😂.
    En tout cas merci encore pour cette découverte .

    Répondre

    • Sandro Dit :

      Alors je vais t’avouer quelque chose, je n’ai pratiquement pas conduit de scooter en Asie, pourquoi ?
      Parce-que voyageant avec une taïwanaise ayant conduit des deux roues dans les pires conditions toute sa vie, c’est elle qui prenait le guidon. En revanche, pour les road-trip, donc voiture, seulement mes mains prenaient le volant, elle n’avait pas beaucoup d’expérience à ce niveau là.
      Il faut laisser le plus habitué, l’expérience est primordial, cela nous a évité beaucoup de tracas en 5 ans, mais peu de pratique pour moi… ==

      A+

      Répondre

  2. Marie Dit :

    Belle decouverte pour moi…
    Les photos sont magnifiques comme d’hab.
    J’ai bien ri avec le coup du tour en bateau, ça m’a rappelé des souvenirs. C’est vraiment le piège et le sono pour moi c’était insupportable.
    Et sinon tu lui as mis un commentaire ou pas finalement!

    Répondre

  3. Tonkin Dit :

    Très belle ile!!!! TOut d’abord, j’imagine le jeu de chasse au trésor, le but est clairement vénal, il faut trouver des pièces d’or, et en trouver plus que les autres. C’est un jeu un jeu familial, sa facilité d’accès lui permet de jouer rapidement avec n’importe qui :>>>>
    Et vous, encore une belle découverte ! Merci bien. Eau et paysages magnifiques​, végétation exubérante, tout ce qu’il faut pour le plaisir des yeux.
    Vous avez l’air reposé, en bonne forme. Super !

    Répondre

  4. cathy Dit :

    …ahahaha…je tavoue que jetais morte de rire avec ton histoire de batea ;)..je comprend bien que ca a pas du etre de la rigolade sur place…lhistoire de la corde..jamais vu encore…sinon, les photos sont symps…on decouvre encore un petit coin de paradis

    Répondre

  5. Sarah Dit :

    Franchement, vos articles ne cesseront jamais de m’impressionner ! Les plages me font penser à celles de l’île Maurice. Par contre, les photos sous l’eau sont les plus belle :o … Comme j’aimerais m’y rendre un jour ! fFf

    Répondre

Laisser un commentaire

sSs lol l..l..l fFf TiM Oo HeArT DeaD AiE >< == =/ =) ;;;; ;-) ;) ;( :wink: :p :o :D :) :( .PP.