Centre de réfugiés tibétains à Darjeeling

13 septembre 2010

News

Darjeeling est entouré de montagnes, malheureusement le temps ne nous permettait pas d’apprécier le paysage…

Nous fîmes une courte visite dans les champs de thé qui couvrent les environs, mais après le Sri Lanka et les splendides ballades d’Haputale, Darjeeling paraissait bien fade.

Une longue marche nous mène aux portes du « Tibetan Refugee Self Help Centre Darjeeling », un centre de réfugiés tibétains.

Il a était crée en 1959 par Gyalo Thondup, femme du frère du Dalai Lama.

À cette époque les tibétains n’étaient pas autorisés à s’installer dans de grandes villes proche de la frontière chinoise (comme Darjeeling), ce centre a donc permit à ce que tout les tibétains de la régions puissent vivre ensemble, tout en préservant leur culture.

Nous sommes, un premier temps, surpris de voir un tas de voiture et de bus sur ce qui sert de cours et de parking, en fait se sont des touristes indiens, qui viennent pour acheter de l’artisanat tibétain : chaussettes, meubles, moulins à prières, statuettes, pulls, bonnets, gants, vestes, robes et surtout, tapis. Car ce centre est autosuffisant, certes il reçoit des donations, mais surtout il emploi 150 personnes, les vêtements et tapis sont fabriqués sur place. Les tapis sont vendus pour 99% à l’exportation, et il se déroulera presque 1 an, entre le jour de votre commande et celui de votre réception !

Nous visitons les différents ateliers, les instruments sont d’un autre temps,

les employés doivent avoir une moyenne d’âge de 65 ans,

les jeunes ne s’intéressent pas plus que ça à l’artisanat aujourd’hui, d’ailleurs, c’est pour cela qu’une imprimerie a récemment été monté dans le centre de Darjeeling, permettant de créer de nouveau emplois pour la nouvelle génération.

Près de 400 personnes vivent au centre, il s’est crée un école, une crèche, un monastère et même une salle de jeu.

Hihi est toute fière car le centre informatique, et le « bus/hôpital » ont été sponsorisé par Taiwan.

Nous laissons les ateliers derrière nous, et prenons les marches qui rejoignent le monastère, nous saluons, au passage, les habitants par des « Namaste », mais très vite, nous passons au « tashi delek » (« bonjour » en tibétain) et de suite, leur sourires se font plus larges. Sur un étroit croisement, un homme nous prend par la main et nous amène dans une petite maison de bois, où quatre personnes forment des boules de laines.

Avec un petit sourire en coin il nous propose de les aider, nous nous exécutons. Nous avons eu droit à une instruction rapide, et muette, en quelque minutes nous sommes passés pro dans l’enroulage de laine.

Après une dizaine de pelotes, nous remercions nos hôtes, pour faire un petit tour dans les ateliers à tapis.

Ici, comme vous pouvez le voir, on travaille par deux, et même en plein boulot, tout le monde garde le sourire.

Dans un coin, une photo du Dalai Lama et du Potala,

dans un autre, comme pour ne pas oublier, une carte du Tibet dessiné à la main, où la Chine n’est qu’un simple voisin.

Pour information, ce centre a permis de prendre en charge plus de 400 orphelins (logement, nourriture, éducation), il fournit des soins médicaux gratuit, et pas seulement pour les membres de la communauté, mais aussi pour les plus démunis de la population locale. D’ailleurs des associations françaises sont à l’origine de la formation des jeunes dentistes tibétains.

Et enfin, ce centre permet, au jour le jour, de préserver le savoir faire de l’artisanat traditionnel tibétain, il a déjà formé près de 2000 personnes dans différents domaines.

Alors si vous passez par là, n’hésitez pas.

 

,

Nouveau sur ce blog ?

Souscrivez au flux RSS par E-mail pour ne rien rater des prochaines mises à jour !

13 réponses à “Centre de réfugiés tibétains à Darjeeling”

  1. laetitia Dit :

    bravo pour cet article passionnat!
    une bise à tous les deux!

    Répondre

  2. Marie-Thérèse Dit :

    Bonjour,

    Merci pour votre article (que je me suis permise d’insérer dans mon site), j’y ai reconnu des personnes croisées en 2007

    Continuons à parler du Tibet avant qu’il ne tombe dans l’oubli…. ou les oubliettes…

    Bien cordialement

    Répondre

    • Sandro Dit :

      Bonjour Marie-Thérèse,

      Le Tibet ne tombera pas dans l’oubli, car comme le Dalai Lama dit (ainsi que votre site) : « Tant qu’on parlera du Tibet, le Tibet survivra »
      Le plus important c’est de préserver la culture, au Tibet, ou sur d’autres terres…
      Merci pour votre lien, j’en suis honoré.

      Bien à vous.

      Répondre

      • Marie-Thérèse Dit :

        Merci à vous Sandro pour votre reportage

        Les droits de l’Homme devraient être acquis dans toutes les nations… mais tel n’est pas le cas….

        La préservation de toutes cultures est primordiale, vous avez raison…

        Puissent tous les êtres être heureux…

        Bien cordialement

        Répondre

  3. fabrice Dit :

    Tres interessant, une région où je n’avais pas eu le temps d’aller en Inde…

    Petite question technique, tu utilises quel logiciel pour poser le copryright sur les images?

    bonne route!

    Répondre

    • Sandro Dit :

      Salut Fabrice,

      Le copyright a été crée avec Fireworks, pour l’apposer sur les photos, deux solutions :

      -Toujours au même endroit, sur une longue série de photo, j’utilise Lightroom 3

      -Pour les news (comme cet article), c’est mit à la main selon la photo, et j’utilise Pixelmator (MAC), mais n’importe quel logiciel d’images peut faire cela.

      Voilà, A+

      Répondre

  4. ludo Dit :

    sympa les ptits chaussons en laine,j en veux une paire taille 41,bah oui j aime bien,plus cool que de simple mule,lol.mais comme tu le dis paysage un peu plus fade que ce que tu as pour habitude de nous faire decouvrir,c est vrai,mais le plaisir de te lire est tjr un regal,@ + poto

    Répondre

  5. Julie Dit :

    Encore merci pour ce bel article !

    Répondre

Laisser un commentaire à ludo

sSs lol l..l..l fFf TiM Oo HeArT DeaD AiE >< == =/ =) ;;;; ;-) ;) ;( :wink: :p :o :D :) :( .PP.