Tibet du 11 octobre au 2 novembre 2006

2 novembre 2006

Carnets de route

Bon je veux aller au Tibet, mais de quelle façon? Nous obtons pour les bus locaux, aprés avoir envoyé un chinois nous acheter les billets (au guichet ils ne veulent pas vendre aux étrangers) nous attendons patiemment (3h!) notre bus. Le chauffeur ne pose aucune question, donc c’est partie! Quelques heures plus tard je m’aperçois que c’est loin d’etre gagné, les premiers check point font surface, mais je passe à chaque fois entre les mailles du filet, biensur je fais attention: je ne descends pas du bus (meme pas pour manger! Seulement pour faire mes petits besoins, mais j’attends à chaque fois d’etre en pleine nature, jamais dans les villes) mes copines me ramenent de quoi me nourrir, je portes un large chapeau et une sorte de « cache-nez » pour pas trop me faire remarquer. Le plus gros des check point est desert! Aucuns controles! Et en plus il parait que c’est le dernier, trop cool! Mais ma joie fut enraillé vers 1h du matin, le bus stop et je vois sur plusieurs kilometres, des camions arrétés et foulliés un a un… Ouha le stress! Notre chauffeur descend et va parler aux policiers, 2 minutes plus tard nous passons tranquillement devant tout le monde et sans aucuns problemes, juste parce-que nous sommes dans un bus local, quelle chance! Si ils savaient…
55 heures apres etre parti de Dequin nous arrivons enfin a LHASSA! Il est 4h du matin, fatigués nous decidons de finir la nuit dans le bus, avant de decouvrir la ville tant convoitée…

Le lendemain, un vrai bonheur le soleil brille et nous pouvons librement marcher a travers la ville sans risquer quoi que ce soit, puisque une fois arrive a Lhassa aucun permis n’est demandé. D’abord l’émerveillement, puis la déception de voir le gachi chinois, mais j’étais tellement content d’etre la que j’en ai fait un peu abstraction. Apres 5 jours passé dans la capitale, je revais traverser le Tibet a velo, mais ce que je ne savais pas c’est que mes 2 Taiwannaises voulaient m’accompagner! Ok si vous voulez, mais il faudra suivre les filles! Tout ce fait rapidement, achat des velos, de la nourriture et derniers preparatifs en place, nous commençons notre periple le 19 octobre tout juste 4 mois après mon départ de France.
Première journée, premières galères, d’abord les velos, dur de tenir l’équilibre avec un sac de presque 30 Kg accroché, puis on nous indique une mauvaise route et pour cloturer le tout on se prends la neige pendant 2 heures! Heureusement le soleil nous revient et nous ne quittera plus jusqu’a la fin. Une fois sur la bonne route (318), les kilomètres déffilent, nous prenons le plis, tous les matins préparer les sac, les velos et le froid « permanent » devient une habitude.
La route est plus difficile que ce que j’avais prevu, je pensais rester sur un terrain plat, haut, mais plat, ouhais c’est ca! Des montées de fou! Obligé de descendre du velo pour pousser, le pire a était le 5220m, très très dur! Et qui plus est difficile de respirer à cette altitude un vrai cauchemard!
Nous passons près du camp de base de l’Everest, pourquoi pas y faire un tour? Mais pas a velo, on commence à etre fatigues et meme les cyclistes confirmés nous le deconseillent fortement. On prends une Jeep pour découvrire « le » sommet du monde, une merveille, et nous découvrons par la meme les 3 autres plus hauts sommets du monde, tous au dessus de 8000m, en voyant la route nous sommes bien content d’etre dans un véhicule motorisé.
Le lendemain j’ai la crève, nous restons une journee de plus sur place. Apres un jour de repos bien merité nous reprennons la route, encore deux cols a 5000m a travèrser et la route jusqu’au Nepal ne sera plus que « descente » quelle joie!
Nous arrivons à la frontière chinoise le 15eme jour, un peu inquiet car nous n’avons aucuns permis pour avoir traversé le Tibet, mais 20 minutes plus tard les velos et nous meme, passons la 1ere frontiere sans aucunes encombres. Plus que quelques centaines de metres avant la frontiere Nepalaise, incroyable nous y sommes parvenu! Je suis tellement content, et puis fier de mes amies, ca etait dur pour elles, m’avoir derrière à longueur de journée: « plus vite! », « bougez vous! », « la nuit va tomber, il faut accélérer! », ca ne doit pas etre facile tous les jours… Le Nepal m’ouvre ses portes, fini le velo et pour un bon bout de temps!

Pour voir les photos du Tibet ICI

 

, ,

Nouveau sur ce blog ?

Souscrivez au flux RSS par E-mail pour ne rien rater des prochaines mises à jour !

Les commentaires sont fermés