fbpx
La Paz

La Paz

Après quelques heures de bus me voici à La Paz, franchement …c’est assez laid, bruyant, et plutôt sale. Certes la cathédrale est sympa, et probablement la seule au monde qui contiennent dans ses sculptures, fruits et oiseaux tropicaux (histoire d’attirer les Tiwanaku de l’époque à la messe du dimanche…),

certaines places ont aussi du charme,

et le téléphérique à prix défiant toute concurrence a une belle vue à offrir.

J’aime bien aussi leur manèges « fait maison » :

qu’on tourne à la force des bras…

Les publicités non autorisées, me font aussi sourire…

Ils n’ont même plus le droit de mettre une enseigne sans devoir payer une taxe.

Mais je suis déçu, je m’attendais à autre chose. J’étais prêt à quitter les lieux, lorsqu’une petite voix m’a convaincu de donner une autre perspective à ce jugement trop attife. Pour ce faire, je vais prendre un tour, oui un tour, moi qui les hais tellement ! Mais celui-ci est différent, d’un il est gratuit, et de deux, pas de « visite » ou « aventure », juste une promenade dans les rues de la ville, avec explications et petites histoires sur le pays. Franchement un régale !
Je vais vous raconter quelques unes des anecdotes, de quoi rendre La Paz très intéressante.
Commençons par la prison, une prison si incroyable/unique/passionnante que Brad Pitt en personne a réclamé les droits pour pouvoir en écrire un film (d’après les dires…).

Une prison où on paye un loyer, si, qui va de 12Bs par mois pour un lit dans un dortoir de 12, à 5000Bs/mois pour un logement deux étages avec jacuzzi… Ici les prisonniers font leurs règles, les gardiens (peu nombreux) ne servent que pour le décors. Il s’y trouve des magasins, des restaurants, et les prostituées sont aussi bienvenues… Il y a même des exclusivités pour certaines marques, comme Coca-Cola qui vient livrer chaque semaine.
La geôle se partage en 8 districts, chacun dirigé par un prisonnier élu …par les autres prisonniers. Même les familles peuvent vivre avec eux. Le loyer est payé grâce aux objets qu’ils fabriquent en taule, ou avec la cocaïne qu’ils continuent à trafiquer. Pour les gros loyers, seuls les anciens politique qui s’en sont mit plein les fouilles peuvent y prétendre, ou les « anciens » barons de la drogue.
Jusqu’à peu il était possible de la visiter, malheureusement 80% des visites avaient comme but …acheter de la cocaïne à moindre prix. Comme vous vous imaginez, les choses ont vite dégénéré (plusieurs cas de viols par ex.), alors l’accès a été fermé aux étrangers.
Maintenant pour les plus téméraires (et curieux), comme dit précédemment, les gardiens ne sont ni légions, ni autoritaires, alors avec un petit bakchich, il est toujours possible d’y pénétrer, mais c’est largement déconseillé. La plupart du temps ça fini mal, genre : vous êtes dépouillé de tous vos biens sur place, ou suivi (grâce à des photos qu’ils prennent de vous en prison), et donc dépouillé aussi à votre hôtel, où encore comme ces deux écossais qui ont tenté l’aventure, et ce sont retrouvés à poil au …Chili. Alors, à vos risques et périls !
Je finirai, en vous précisant que cette prison si spéciale ne contient aucuns meurtriers (rassurant, non ?).

Passons aux chapeaux. Ne vous vous êtes jamais demandé : « Mais pourquoi ces chapeaux melons en Amérique du Sud ? », plusieurs explications sont données, mais je vais vous partager la plus probable.

Ici, un exemple des ces coiffures

Une compagnie (je ne me rappel plus de son nom) avait commandé en Italie dix milles chapeaux, en omettant de donner une taille.
La fabrique italienne, au lieu de demander des précisions, s’est dit : « Bon… ce sont des sud américains, il sont petits, il doivent aussi avoir de petites têtes, allez 10000 pièces de petite taille ! »
Même si il est vrai que la population est plutôt de petite taille, leurs tour de tête ne l’est absolument pas ! Alors que faire avec tous ces chapeaux invendables/inutiles ? Il fallait les rendre désirables, une idée de génie passa à travers la tête d’un des commerciaux. Il prit quelques jolies modèles leur mit un de ces chapeau sur la tête, fît des tonnes de tirages de leur portraits, les photos se répandirent comme une traînée de poudre, et l’effet fût plus qu’attendu, toutes les femmes du pays en voulaient, cela s’arrachait comme des petits pains, tellement qui ont dû refaire une commande, puis deux, puis trois, la tradition était lancée.

Le tour nous fait passer par le marché noir (Mercado Negro), que j’avais déjà visité, mais cette fois-ci : Explications !

Dans ce marché, que je pourrais appeler « De la Sorcellerie » ont trouve de tout, du filtre d’amour, aux offrandes, en passant par les fétus de lama.
Alors à qui/quoi servent ces fétus ? Ils font partie des offrandes, les offrandes sont donnés pour la pérennité d’un véhicule, ou d’un édifice. Mais les offrandes de nourriture et d’alcool, comme vous pouvez le voir sur ces photos ne suffisent pas pour la construction de gros bâtiments, il faut un être vivant en plus, le fétus de lama. Maintenant, si c’est un grand édifice, type galerie marchande, le lama ne suffira pas, il faut quelque chose de plus gros, quoi ? Vous ne devinez pas ? Oui, un humain…

Alors comment fait-on ? Près du cimetière ils trouvent un SDF à qui ils offrent de l’alcool (à 90º) mélangé à du jus de fruit, une fois bien saoulé ils emmènent le pauvre homme sur le lieu de construction, le mettent de un trou et commencent la construction, à ce moment le bougre est toujours vivant, la suite ? Rien d’officiel, mais la légende urbaine dit qu’ils l’enterrent vivant… Les anthropologues locaux quant à eux, disent que le dernier corps retrouvé remonte à 1978.

Mais rien ne dit que la tradition s’est arrêtée, c’est juste plus risqué, car aujourd’hui (et heureusement) c’est interdit par la loi. Quand bien même, on nous a vivement conseillé de ne pas se bourrer la tronche dans les bars locaux, spécialement si les verres sont offerts…
En ce qui concerne « les potions magiques », la plus connue est la poudre d’amour, que l’on souffle sur la nuque de la ou du désiré(e), ou encore la poudre « sexe » à glisser dans la culotte, certaine « potions » étaient vendues en promettant des performances sexuelles miraculeuses, malheureusement elle fît des dizaines de morts, car la mixture était préparé à partir de médicaments pour les …chevaux.

Terminons ce petit tour de la ville, en parlant des dirigeants qui se sont succédés. Il faut savoir que pour longtemps, c’est la loi du plus fort qui régnait en Bolivie, pas de vote, juste un gars qui arrivait et se proclamait président, jusqu’à qu’un autre décide de le tuer et de prendre sa place.

Quelques « souvenirs », impacts de balles des derniers coups d’état

Un de ces oiseaux marqua plus les esprits que les autres, un vrai sauvage, alcool et orgies était son quotidien. Il a réussit recevoir une déclaration de guerre par la reine d’Angleterre en personne ! Le jour où le 1er ministre anglais vît faire un tour en Bolivie, il passa par la case « président ». Dès son entrée, il lui offrît un verre d’alcool, l’anglais refusa poliment, alors le président fou de rage lui présenta un énorme bol de cacao et sous la menace de son pistolet, le força à tout boire, puis l’attacha sur un âne pour lui faire plusieurs tours de la place, en criant « Personne au monde ne refuse de prendre un verre avec moi !!! »

Cet homme avait aussi une grande admiration pour …la France, allez savoir pourquoi. Alors, quand les allemands nous envahirent, il envoya ses troupes pour nous aider, comment cela se fait que nous en aillons jamais entendu parler ? Parce-que pour ce faire, ils les a envoyé à travers la jungle amazonienne… Si, c’est par là que les troupes devaient atteindre l’Europe, logique… Bien entendu, fiasco total.

Le président 2001-2003 était aussi une belle ordure. Il a privatisé 95% du patrimoine, et fait d’énorme crédit, plongeant le pays sous une dette abyssal. Comme il était impossible de rembourser, il créa une taxe de 5$/mois pour chaque habitant, sachant que c’était près de 10% de leur salaires… Quand le peuple s’est (enfin !) levé pour protester, et virer cet individu, il demanda à la police de l’aider, mais la police, comme les autres, devaient aussi payer cette taxe, alors vous vous imaginez leur réponse. Dernier recours, les militaires, eux n’ont pas à payer, et en général, ils ont de meilleurs salaires, ils l’ont donc aidé à s’échapper, mais avant de partir, en hélicoptère avec son 1er ministre, il vida la moitié de la trésorerie national, puis s’est rapatrié aux USA (il a la double nationalité), la procédure est toujours en cours, mais pour l’instant il se la coule douce chez les « yankees ».

Enfin, leur dernier président, premier président indigène, et surtout premier président à avoir été élu officiellement à 54% (car avant les partis se redistribuaient les voix, si si, genre X 22%, Y 33%, Z 40% et 5% de nulle, alors X vendait à Y ou Z, et vis-et-versa, et le président était nommé de cette façon, imaginez ça en France, l’extrême gauche qui file ses voix à la droite (ou autre) pour les faire passer, du grand n’importe quoi).
On peut dire qu’il doit sa victoire à l’ambassadeur américain, qui pendant les élections avait déclaré qu’ « Il était intolérable de voter pour un socialiste », le peuple se sentant offensé, affluât aux urnes et vota massivement pour le candidat …socialiste. D’ailleurs après les élections, Evo (c’est son nom) a virer l’ambassadeur, et à ce jour toujours pas d’ambassadeur américain en Bolivie.
Même si il a fait de (très) bonnes choses pour le pays, il est loin d’être parfait… D’un il s’est fait réélire 3 fois, alors que selon la constitution c’est deux fois maximum. Il s’est servi du changement de constitution, pour dire « J’ai effectué un mandat sur l’ancienne, et un mandat sur la nouvelle, donc j’ai le droit à un nouveau mandat » et c’est passé…
Il fait aussi des déclarations bancales : En plein interview il a déclaré que manger du poulet rendait homosexuel, et boire du coca faisait perdre les cheveux, il s’est excusé depuis.
Dans une interview an Allemagne, une journaliste lui demanda pourquoi la population bolivienne était si peu nombreuse ?
Une bonne réponse aurait été de dire que 65% du territoire est inhabitable, jungle amazoniennes, déserts diverses, etc. et que le taux de mortalité en province (malgré l’avoir divisé par 2) est toujours très élevé.
Mais lui répondit, que c’était à cause des préservatifs américains, qu’il allait interdire les préservatifs, et qu’il va donner une taxe à toutes les femmes qui n’ont pas encore d’enfant à l’âge de 18 ans, ce qui aidera celles qui sont déjà maman. Bien entendu se fût un scandale au pays, il a fallut des dizaines de manifestations pour qu’il, enfin, présente ses excuses, en expliquant qu’il n’avait pas pensé aux MST, mais qu’il y a de bons préservatifs en Amérique Latine…
Sa dernière lubie :
Evo a toujours rêvé d’être footballeur, footballeur professionnel. Alors il s’est dit « Je suis président, je fais ce que je veux, je me déclare donc, joueur professionnel de l’équipe nationale du pays », rien que ça… Il va donc jouer, à 55 ans, avec les meilleurs joueurs du pays d’une moyenne d’âge de 25…

Voilà, quelques anecdotes sur La Paz, mais ils nous ont en dit beaucoup plus en 4h de promenade, si vous passez par là, n’hésitez pas, ils s’appellent les « Red Cap » et ne fonctionnent qu’aux pourboires, facilement trouvables sur internet . Je ne suis pas fan des tours, et encore moins de leur faire de la pub, mais c’est une exception qui confirme la règle.
D’ailleurs ma vision de la ville, a depuis, totalement changé.

6 réflexions sur « La Paz »

  1. Très interressant tout ça mais cela ne me donne pas envie de visiter ce genre de pays bien au contraire tu me confirmes juste ce que j’en pensais avant .
    A ta place je n’aurais pas insisté j’aurais tout simplement quitté les lieux sans connaître ce fameux tour guidé et l’histoire de cette prison aux moeurs peu communes mais pas plus choquantes que la vie politique locale digne d’une mauvaise série TV.

    Gros bisous mon fils bye bye à plus

  2. Eco est le prénom du président, il s’appelle Morales.
    Je regrette de ne pas avoir fait ce tour à La Paz mais la Bolivie m’a réellement enthousiasmée.

    Tu avais beau temps, sur tes photos on voit distinctement la Cordillère blanche et tu es en Tshirt. En quel mois y étais-tu ? On avait eu frisquet et couvert en octobre.

    1. J’y étais début novembre, mais c’est vrai que je ne suis pas très frileux.

      P.S : Comme l’article l’indique le nom du président est Evo, et non pas Eco… Je fais parfois des erreurs, mais pas cette fois-ci ;)

      1. Non, c’est moi qui ai fait une faute de frappe. Désolée.

        Je voulais juste dire que le prénom de président est Evo mais son nom est Morales.
        Et la propagande comme celle peinte sur les murs avant les présidentielles de l’an dernier se fait au prénom des candidats. Vraiment très différent de chez nous.

  3. J’y étais début novembre, mais c’est vrai que je ne suis pas très frileux.

    P.S : Comme l’article l’indique le nom du président est Evo, et non pas Eco… Je fais parfois des erreurs, mais pas cette fois-ci ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *