Fernando de Noronha

3 janvier 2017

Dernières, News

Trois mois avant de prendre ce vol, je naviguais sur le net, rien de spécial à chercher, j’étais encore au Chili et la mer me manquait. Vaguant sur les photos des plus belles plages du monde, je m’imagine les pieds dans l’eau, sachant très bien que d’ici quelques mois, je retrouverais l’océan. Mon attention fût hypnotisé par certaines images, une suite de plages et roches, un décors de film à la Jurassic Park. Alors je clique, un peu de temps à perdre, pourquoi ne pas en savoir plus ? Peut-être qu’un jour ce lieu passera mon chemin. Il s'agit d’une île, une île …brésilienne ! Non, mais pour de bon ?! C’est au Brésil ça ?!?
OUI ! Elle s’appelle Fernando de Noronha et se trouve en face de Recife et Natal à 350Km des côtes, elle ne fait que 26km2, pourtant elle renferme 26 plages (certains locaux affirment qu’il y en a 27…), pour information, mais c’est à vérifier, le Brésil détient 25 des plus belles plages au monde, sur ces 25, 10 appartiennent à Noronha ! Y compris, mais tout reste subjectif, la numéro un mondial, oui, la plus belle plage au monde ! (par vote de TripAdvisor 2015)
Alors comment y aller ? Seul l’avion peut vous y mener, les vols (prit à l’avance) ne sont pas si chers, en revanche tout le reste, l’est… Fernando de Noronha est une terre protégée, ses plages, et sa faune aussi, tant mieux, mais pour la préserver ils limitent à 400 le nombre de touriste sur l’île, les vols sont donc limités, et les taxes illimitées (je vous donne les détails plus bas), pour ce qui est de la nourriture, comme pour l’île de Pâques, il vaut mieux venir avec ses propres provisions, mais pour le logement …c’est autre chose. Pas de camping, comme ça c’est clair, et pour le reste c’est minimum 50US$ pour quatre murs et un matelas, une folie ! Cette destination est surtout réservé aux Lunes de Miel, trop couteux pour de simple vacances.
J’ai donc contacté Your Way, une agence écotourisme un peu spéciale car elle ne prend AUCUN frais, vous lisez bien, aucun ! Ce sont des personnes qui aiment les lieux et servent de « pont » entre les touristes et les locaux, mais en étant très pointilleux sur  le tourisme durable et écologique.
Les prix des logements proposés étaient bien trop cher, mais la chance était avec moi, une des responsable revenait pour quelques semaines sur le continent et me proposa son mini appartement pour mon séjour, cool ! C’était quand même 30$ la nuit, mais avec une salle de bain et la climatisation, de toute façon, rien n’approche ce prix, c’était ça ou rien…
Je réserve les vols, et fin avril un turbopropulseur me catapulte au paradis.

Premiers pas sur Noronha

À peine les bagages en main, on vous demande la première taxe « Cupom Fiscal » 50€ pour avoir le droit de se poser, super.

Ensuite vous donnez votre nombre de nuits, moi par exemple c’était 5 nuits sur l’île, à 15€50 de taxe par nuit, il a fallut lâcher encore plus de 78€, re-super.

Maintenant j’ai le droit d’être là, le droit d’y rester 5 nuits, mais pas encore le droit d’aller partout ! Les plus beaux endroits sont classés « Réserves Naturelles » et pour y accéder, cette petite carte (à ne pas perdre !) que vous obtenez pour la modique somme de 50$, re-re-super.

Les poches (bien) vides, je pars découvrir mon logement (la responsable m’avait envoyé des photos, pas de mauvaise surprise). L’île est resté très nature, il y a bien une route goudronnée, celle qui la traverse en long, mais le reste …de la terre, enfin, vu la pluie qu’il y a eu avant mon arrivée, de la boue ! Derrière cette grosse flaque, mon logement…

…comme vous pouvez voir, très simple, mais « efficace »

Voici la réserve que j’avais ramené du continent (les œufs sont déjà cuits)

Pour parcourir ce paradis il y a bien un bus, mais pas très ponctuel, et surtout, très limité, alors avec des routes fracassées, il reste le buggy :

Mais à 50€ la journée, j’ai préféré les …pieds

J’ai parcouru toute l’île à pattes (en plusieurs fois) ce n’était pas une mince à faire, les pieds s'enfoncent souvent dans la gadoue, il a fallut à maintes reprises aller chercher ma chaussure au fond de la flaque, je me suis aussi viandé plus d’une fois…

…j’ai souvent maudit ces chemins de m… glisser toutes les 3 minutes (montre en main !) ça vous donne la rage.

Même les Crocs n’ont pas tenu, oui, déchirées !

Et bien malgré les taxes, et toutes ces dégringolades, cela reste un de mes meilleurs souvenir. Sur Fernando j’étais bien, plus que bien, j’aurais pu y passer des mois, un gros coup de cœur.
Maintenant que je vous ai mit l’eau à la bouche, il est temps de passer au photos, Your Way m’avait fournit cette carte simpliste, mais suffisante, il n’y avait plus qu’à.

Admirez la superbe Fernando de Noronha, quelques clichés de cette rareté (et de ma tronche parfois) :

Un des (nombreux) endroits où je me ruiné par terre…

Devinez ce que j’écoute ? Ben oui, du Tim Maia !

Mes journées étaient simple, marcher, nager, admirer, manger, bronzer, boire, sport et dormir !

Réalisé sans trucage, vu le nombre de plages comparé au nombre de touristes, on se retrouve rarement avec plus 10 personnes sur le sable

Le fort :

(petite) murène

Petite série « Sun Set » :

Les quelques bâtiments d’époques :

La faune est très protégée, une fois par semaine l’équipe qui s’occupe des tortues, vient sur la plage pour expliquer comment ils procèdent.

Les tortues sont attrapées (à la main, en nageant), mesurées, pesées, marquées, puis relâchées.

Et voici LA plus belle plage au monde…

…pour l’atteindre (et en plus d’avoir la petite carte à 50$)…

…il faut descendre cette échelle…

…qui vous emmène sur ce petit chemin de sable…

…et au bout :

Même si magnifique, c’est quand même plus beau de haut.

Voici donc une petite série dédiée uniquement à la plage de Sancho :

Un peu plus loin vous pouvez admirer un trou d’eau (il y en a plusieurs à visiter)

Et voici une des plus belle vue que peut offrir Fernando de Noronha :

Quel déchirement de devoir partir, un rêve éveillé. À l’aéroport, moi qui n’achète jamais rien, vu mon enchantement pour les lieux, je me surprends à essayer quelques sucreries locales, la première à la purée de goyave…

…et la deuxième au caramel de coco

À essayer !
Voilà, vous en savez un peu plus sur cette île, c’est difficile de conseiller un endroit protégé, surtout avec ces prix, et ces taxes ! Mais le plaisir fût si intense, c’était un devoir de partager ce pur moment de bonheur avec vous.

 

,

Nouveau sur ce blog ?

Souscrivez au flux RSS par E-mail pour ne rien rater des prochaines mises à jour !

10 réponses à “Fernando de Noronha”

  1. David Dit :

    Bon,c’est vrai qu’ils dépouillent un peu au debut ;( ,mais bon, quand on voit les photos,whaooo,c’est juste la claque, c’est splendide.
    Encore une belle découverte d’un endroit perdu.
    Merci Sandro.

    Répondre

  2. Charles Dit :

    La vache c’est beau. C’est magnifique.
    D’ailleurs c’est EXACTEMENT comme ça que je m’imagine Rio il y a encore quelques siècles (quand ce n’était pas encore la mégapole qu’elle est devenue).
    L’eau y est aussi froide, d’ailleurs ? ;)

    P.S. j’avais vu que la plus belle plage du monde c’était White Haven Beach ahah, chacun ses sources à priori ;)

    Répondre

    • Sandro Dit :

      L’eau froide ? Non, je me baignais du matin au soir sans problème, mais il est vrai que je ne suis pas très frileux…
      Et pour la « Plus belle plage au Monde », oui, j’imagine que ça change chaque année… ==
      Disons que c’est « Une des plus belle plage au monde » =)

      Répondre

  3. kodamian Dit :

    Pas mal ! Wouah ! Le monde et des merveilles …

    Répondre

  4. Doc Dit :

    Une question qui me turlupine : tu ne peux pas transporter d’haleres et je ne pense pas que tu te fasses ch… à trouver des salles de muscu à chaque voyage donc comment fais tu pour être musclé comme ça ?
    Ca mériterait bien un article ça …

    Répondre

    • Sandro Dit :

      Ah ah, c’est ça qui te turlupine ? Ici c’est un blog de voyage, donc je ne vais pas m’étendre sur le sujet, alors trois chose sont à prendre en compte :
      – La nutrition, même en voyage j’essaie d’équilibrer mes repas, et faire attention à ne pas avaler de la « merde »
      – La mémoire musculaire, avant de partir je m’entrainais 12 à 14h par semaine, donc je n’ai pas « fabriqué » ce corps en cours de route, mais je l’ai entretenu
      – Non, effectivement, pas de salle, ni d’haltères dans le sac, simplement la callisthénie, exercices au poids de corps (Je t’invite à taper « calisthenic » sur Google)
      Voilà, en espérant avoir répondu à ta question ;-)

      Répondre

  5. cathy Dit :

    bonne annee a toi aussi…la javoue cest magnifique…superbes photos, ca me rapelle une ile en Nouvelle-Zelande: Great Barrier island, certains endrois sont similaires…les trous deau aussi, jy etais restee 4 jours, et pareil jy serai restee mois, merci encore :)

    Répondre

Laisser un commentaire

sSs lol l..l..l fFf TiM Oo HeArT DeaD AiE >< == =/ =) ;;;; ;-) ;) ;( :wink: :p :o :D :) :( .PP.